Nouveau site : vdl-asso.fr

Nous vous invitons à découvrir le nouveau site de VDL :

http://vdl-asso.fr

Modifiez vos favoris ;)

a3, b3, c3, r3, v3…

Rayonnage - Bm Caluire

Dix siècles de musique, dix mètres de bacs CD et DVD : le public curieux mais (pas encore) mélomane se sent désemparé…

Il fallait agir, en organisant :

1- des “bulles sonores pour oreilles curieuses”, une heure d’écoutes partagées et commentées, plus ou moins régulièrement renouvelées.

2- un classement rénové des cd et dvd “classiques”. Des guillemets à classique parce que la musique de la période classique est un très court moment de l’immense nébuleuse Musique Classique (un demi-siècle de musique parmi dix siècles d’histoire de la musique écrite).

Musiques ancienne - Bm Caluire et CuireLa logique aurait voulu que nos nouvelles cotes soient construites 3r MAH 24. Mais nous ne voulions pas refaire 2000 étiquettes cotes, trop rarement identiques. Nous avons donc imprimé des bandes de a, de b, de c, de r, de v.

 

 

Mais comment coller un v entre le 3 et le M de 3 MAH 24 d’une étiquette existante ? Nous avons donc ajouté ces Panneau romantique - Bm Caluirepetites lettres devant les cotes existantes : 3 MAH 24 (une symphonie de Mahler) devient r3 MAH24 (une symphonie de Mahler, compositeur romantique). Ou 3 MON 35 (un opéra de Monteverdi) devient b3 MON 35 (un opéra de Monteverdi, compositeur baroque).

 

 

Restait à faire des rectifications sur le fonds : 301, 302 et 303 deviennent a301, a302, a303. Facile. 304 devient b304, 305 devient c305, 306 devient r306, 307 devient v307. Facile à automatiser, opération réalisée – par la machine – dans la nuit.

Pour le reste, c’est compositeur par compositeur… Beaucoup plus fastidieux ? Même pas : je ne détaille pas les procédures, mais 86% du boulot a été bouclé en 3 heures (et 3 nuits pour la machine). Et au bout de deux jours, mon tableau de bord indiquait 99,95 % !

Inconvénient du système : un quidam cherche Beethoven, pré-romantique, en c3 ou en r3 ? Un autre a entendu parler d’un certain Vivaldi, et ne sait où le chercher (réponse : interroger les bibliothécaires ou les catalogues sur écrans).

Avantages :

  1. séparer JS Bach de ses fils (“bizarre ce disque, ça sonne pas Bach, plutôt Haydn, non ?” “Mais oui, Carl Philipp Emmanuel Bach n’est pas contemporain de son père !”).
  2. séparer CHOpin et CHOstakovitch
  3. séparer les Strauss viennois de l’allemand Richard Strauss, cousin ni de sang ni de style
  4. séparer Haydn et Haendel (confusion courante !)
  5. indiquer une (petite) piste pour les nombreux compositeurs inconnus : baroque ? romantique ? contemporain ?
  6. rangement, et recherches bien plus rapides dans cinq petits ensembles un peu arbitraires (a3 b3 c3 r3 v3), que dans un seul grand ensemble alphabétique très arbitraire.
  7. suivi du fonds : j’ai par exemple pris conscience que les compositeurs c3 sont rares (la période classique, c’est seulement 50 ans) ; rares mais prolixes (Mozart, Haydn !).

On me souffle que Nicolas Blondeau, à Dole, applique un système comparable : c’est vrai, et je le salue ! D’autres peut-être ? Faites-vous connaître !

Au passage, je présente mes excuses à PCDM4, divinité bienveillante ou idole exigeante bien connue, qui pourrait se vexer d’être ainsi négligée… C’est un autre débat, ici évacué en deux arguments : nous ne partageons pas nos fonds avec d’autres bibliothèques ; notre classification non standardisée cherche donc à servir au mieux notre  public, que nous ne partageons pas non plus (ou si peu).

Je peux définir ce “notre public”,… mais une autre fois !

20ème - Bm CaluireNous avions les doigts irrités – je dramatise -, et nous piétinions de très petits papiers bleus : les pelures des étiquettes autocollantes, aux trajectoires descendantes fantaisistes, destinées j’en suis sûr à éviter la corbeille. Mais pas les aspirateurs des équipes du ménage, qui ont pu s’interroger pendant 3 semaines – à peine plus (nos délais de prêt sont de 3 semaines).

Affaire rondement menée : merci et bravo à mes excellents collègues, enthousiastes et efficaces : nous avons collé 2000 minuscules lettres devant 2000 chiffres 3. Sachez que la lettre r minuscule est vraiment petite, et colle aux doigts plus que les autres (et les compositeurs r3 sont très nombreux… et prolixes !).

Premiers échos de la part du public : “Formidable !” “Bonne idée !” “Très bien !” Je crois que ces réactions sont d’abord suscitées par la signalétique, sur les drapeaux, et sur le rebord des bacs devant les disques concernés (voir photos).

Jean-Luc Prothet, responsable (entre autres) de la musique dite classique

Exprimez vous !

Lors de l’assemblée VDL du 15 septembre 2011 à la Ricamarie  ont été évoqués les besoins en formation des bibliothécaires musicaux dans leurs équipes. Formations musicales « de base » (histoire de la chanson, du rock, des musiques électroniques, etc. …) , ou formation sur la veille documentaire, ou sur les radios en ligne, ou … ?

Christian Massault a réaffirmé que l’association VDL pouvait organiser des formations que nous ne pouvions trouver dans nos catalogues CNFPT.

J’ai été nommée « correspondante formation pour VDL  » (ça fait sérieux, hein ?) et suis donc chargée de recenser vos besoins. N’hésitez pas, donc, à  transmettre vos souhaits, dans le sondage ci-joint, soit en votant pour les besoins déjà exprimés par d’autres, soit en exprimant d’autres demandes. EXPRIMEZ-VOUS !

Catherine

Bm Décines

Edit : Fin du vote le 6 décembre !

Edit 2 : les propositions avec * ont été  faites par les votants dans "other’, au moins 1 vote donc…

Scène locale…. le compte rendu

Le  compte rendu de cette réunion se trouve dans une toute nouvelle rubrique en haut de cette page :D

Bmol nide iou !

Cet été : emparez-vous de Bmol, le blog musical des médiathèques de Grenoble…

Le Bmol-Jury composé de Anne, Jérôme, Julien et Emeline, vous met au défi : envoyez vos articles ou vos vidéos et après concertation, vous serez publiés sur Bmol tout au long de l’été.

Un jury souriant & détendu...

Les bibs musicaux mettent en avant que ce blog, leur espace d’expression musicale, est également celui du public. Ils invitent donc à proposer un coup de cœur musical, un album, un concert, un groupe de la scène locale, un mouvement musical, une chanson inavouable

Une proposition ludique tant sur le fond que sur la forme, puisque les discothécaires ont composé un jury très… dans le vent (le vent mauvais, il va sans dire).
Ce Bmol-Jury
décidera si les participants ont la Bmol-attitude, et s’engage à fournir à chacun une réponse détaillée et argumentée.
Poussant l’ignominie jusqu’au bout, à l’instar des Padovani et autres pitoyables bouffons sur le retour, il proposent même un coaching aux candidats (soit un coup de main pour le tournage des vidéos).

A la fin de l’été le jury désignera le “Bmoleur de l’année” : celui-ci verra son article ou sa vidéo à la une de Bmol une semaine supplémentaire.

Les articles (2500 caractères maximum) ou vidéos (4 minutes maximum) sont à adresser à Bmol par mail jusqu’au 1er juillet.

*Les articles et vidéos doivent avoir obligatoirement un rapport avec la musique. Tout autre sujet ne sera pas traité.
*Le Bmol-Jury peut (éventuellement) vous aider à tourner et à monter vos vidéos si vous n’avez pas de matériel.
*Si le poids de vos fichiers vidéo est trop important pour être envoyé par mail il conviendra de les poster sur des sites de vidéos (Youtube, Daylimotion …) et d’envoyer l’adresse Internet à Bmol.
*Tout document posté après le 01 Juillet ne sera pas pris en compte.

Date limite de participation : 01/07/2011
Contact : bmolgrenoble [at] gmail.com

Un service de VOD en streaming à Grenoble

La Nouveauté, la Bibliothèque et l’Image !

Depuis peu, les Bibliothèques municipales de Grenoble proposent un nouveau service de VOD (il s’agit apparemment de l’offre de l’ADAV, Adavision. A confirmer – ndlr) en streaming à leurs abonnés : plus de 500 films en consultation sur place ou à distance (cinéma documentaire, films de fiction et d’animations, court-métrages, réalisateurs locaux, leçons de cinéma…).
Cette offre permet 5 h de visionnement mensuel par usager.

Mode d’emploi et détails à consulter directement sur le site de BM Grenobloises.
Vous retrouverez sous un onglet "Vues d’ici" une mise en avant de la production locale avec des réalisateurs de la région en Rhône-alpes.
En outre, le site des Bibliothèques municipales de Grenoble propose une sélection mensuelle de titres "particulièrement appréciés".

Bonne(s) séance(s)!

Contact :
Thierry Maillot
Coordination cinéma
Bibliothèque Kateb Yacine
202 Grand’Place
38100 Grenoble
04.38.12.46.24

CD’ici, une demothèque à Guilherand-Granges

Nouveau service de la médiathèque de Guilherand-Granges, CD’ici vous propose de découvrir la production de la scène locale musicale. Ces disques à emprunter, viennent compléter la collection de CD répertoriés sous le thème générique "scène locale".
Vous êtes musicien, vous désirez vous faire connaître et figurer dans cette collection, facile, déposez votre CD accompagné d’une bio à la médiathèque secteur musique.
Vous pouvez consulter les CD disponibles de CD’ici sur le portail de la médiathèque.

Découvrons vos talents !


Petit guide pour la mise en place d’une
démothèque à la discothèque de prêt de Guilherand-Granges

1 Les objectifs :
Pour quoi faire ?

  • Proposer à nos lecteurs un choix supplémentaire de CD
  • Constituer un fonds patrimonial qui témoigne de l’activité musicale locale
  • Valoriser les initiatives musicales locales en matière de création, production et diffusion.

2. Les critères de sélection :
Il paraît pertinent de définir un cadre géographique (administratif) afin de cibler la constitution du fonds et lui donner ainsi une valeur locale (Drôme-Ardèche).

  • Constitution d’un fonds basé sur l’acquisition d’albums ou compilations de groupes locaux au répertoire propre (uniquement des créations pas de reprises ni interprétations), tous styles musicaux confondus (rock, chanson, jazz, classique, contemporain, électro…) édités par des groupes et artistes locaux ou des associations de type loi 1901 (pour pouvoir établir un bon de commande et effectuer des versements) et distribués hors circuit commercial habituel.
    L’acquisition peut se faire auprès des disquaires locaux, des fournisseurs pour médiathèque (ex : CVS) pour certaines références présentes dans leur catalogue.
  • Sélection au cas par cas des disques en fonction de critères d’éthique, de qualité musicale et de qualité d’enregistrement.Concertation avec les groupes et les associations pour les disques posant problème.

    Une demo exemplaire

3. Les moyens :
Pour collecter les CD plusieurs pistes à explorer :

  • Inventaire des associations type loi 1901 promouvant la musique dans la région par la production et la diffusion d’enregistrements (journal officiel, Musiques actuelles de la région ou département DRAC, antenne musiques actuelles, salles de concert…)
  • Prise de contact avec ces associations afin de leur faire connaître le projet et de s’informer sur leurs productions discographiques.
  • Travail de communication (presse, diffusion auprès des associations, page Myspace…) pour faire connaître le projet.

Le bouche à oreille finit aussi par fonctionner…

4. Le mode d’acquisition :

  • Acquisition par don
  • Acquisition par achat.
    Dans ce cas, les groupes doivent être rattachés à une association pour que la médiathèque puisse effectuer le paiement. Le mode de paiement fonctionne par bon de commande et versements bancaires.

Le projet nécessite un budget faible (les prix de ces CD varie entre 5 et 15 €).Ce budget peut être établi hors marché puisqu’il s’agit d’exclusivité (hors circuit commercial habituel) ; Il est possible de faire remplir un formulaire de dépôt aux groupes (droits de prêt).

5. La mise en place :

  • Intégration des CD dans le circuit habituel des documents (catalogage, équipement…)
  • Mise en place des CD dans un bac spécifique mis en valeur pour nos lecteurs avec un explicatif du projet.
  • Classement Pcdm4 des CD par styles musicaux et par ordre alphabétique avec un logo propre à la démothèque.
  • La mise à disposition au public commencera avec un fonds de 50 CD.

 

Bouh, qu'ils sont beaux !

Kiss First demo, 1973

6. Le site Internet :

  • Le site Internet peut permettre de faire une présentation du fonds de CD et du projet.
    Une liste exhaustive des CD peut y figurer avec le visuel de la pochette, des chroniques, des morceaux en écoute.
  • Les rubriques coups de cœur ou nouveautés peuvent permettre de valoriser un peu plus certains albums du fonds.
  • En cas d’écoute des morceaux, il y a une déclaration à faire et un forfait à payer à la SACEM pour les groupes inscrits ; pour les groupes non déclarés à la Sacem ou en Creative Commons, il est nécessaire de demander une autorisation aux groupes (de même pour les visuels des jaquettes).

7. Les animations :
Diverses animations peuvent être mises en place afin de valoriser ce fonds.
Des discographies par styles, des chroniques peuvent être réalisées.
L’organisation de rencontres entre les groupes ou labels et le public peuvent être envisagées (comme supports la projection de vidéos de concerts, de séances d’enregistrements studio, exposition de photos, réalisations graphiques, écoute d’albums…).
Des showcases acoustiques peuvent être mis en place voire diffusés sur le site Internet après l’accord de l’artiste (à voir selon le budget dont on dispose pour payer les artistes).

Pour conclure :
La constitution d’une démothèque demande du temps, surtout dans le collectage des CD et nécessite une veille documentaire active et constante.
Une bonne connaissance du réseau local associatif des musiques actuelles est un atout.
Ce type de fonds connaît un certain succès et répond à une attente du public par le prêt des albums des groupes qui tournent localement mais qui ne sont pas distribués et qui bénéficient d’un bon bouche à oreille.

Fabienne Chambon-Devaud
Discothèque
Médiathèque municipale
07500 Guilherand-Granges

Document réalisé avec l’aide de Vincent Bouteloup, discothécaire, médiathèque François Mitterrand d’Argentan.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés

%d bloggers like this: