Un pas de côté à Espigoule

L’été approche (si si : il fait beau du jeudi au samedi 16h chaque semaine, c’est bien un signe, non ?).

Alors, pour commencer avec un bon p’tit festoche des familles, rien ne vaut l’air de l’arrière-pays varois, cette atmosphère empoussiérée qui fleure bon le farniente.
Ah, s’étirer paresseusement à l’ombre du pin en regardant perler la buée sur son verre de rosé.
Se dire que décidément, on est mieux là qu’ailleurs, parce qu’ailleurs… ben c’est pas là.

Et, assourdi de cigales, se demander si finalement le galoubet tambourin c’est pas si mal… Mais là attention, c’est juste que soleil + rosé = grosse fatigue !

Or donc, Espigoule…

Attention, se balader cul nu au soleil est déconseillé par les meilleurs spécialistes

Un peu d’histoire si le nom vous est étranger :

Christian Philibert, jeune réalisateur amoureux du cinéma et de sa région qui a fait le choix de rester dans le sud-est de la France pour produire ses films, a créé les Les 4 saisons d’Espigoule en 1999. Le succès populaire de cet OVNI cinématographique l’a conforté dans ce choix.
Primé quatre fois (Mannheim-Heudelberg, Marseille et Namur), le film a été très bien accueilli et a braqué les projecteurs sur un territoire souvent cantonné au rang de décor naturel.
Ainsi, les Provençaux existent en dehors de Marseille et de la Côte d’Azur. Philibert, les montre boivant, se disputant, parlant beaucoup et mentant parfois confirmant ainsi l’image que l’on se fait des Méridionaux ; mais il nous donne aussi à voir des gens qui aiment, peignent et sculptent, écrivent, bref qui vivent. C’est ce regard qui reste après la projection du film qui a contribué à son succès : un certain regard sur une population très humaine.

Sans Tambours Ni Trompettes est une association fondée en 2008, basée à Ginasservis, en Provence.
Ses membres sont issus de la réalisation cinématographique, de la librairie, de la lecture publique, de l’éducation, de la communication, de l’ingénierie aérospatiale, etc.

En juillet 2009, pour les 10 ans de la sortie du film de Christian Philibert elle a organisé, avec le village et toutes les bonnes volontés, 40 Saisons à Espigoule, un festival qui fêtait cet anniversaire et proposait cinéma, musique, poésie, photo, sons, ateliers pour grands et petits.

Car Espigoule, c’est Ginasservis à l’état civil.

Tout au long de l’année, STNT propose des ateliers de théâtre et de cinéma au village, ainsi que des projections de films dans des lieux parfois inhabituels, le bar, chez l’habitant ou en plein air.
A l’été 2010, l’association poursuit l’aventure d’un festival éclectique, festif et exigeant, qui cette année s’intitule
Un pas de côté à Espigoule.

Pourquoi ce pas de côté ?
Gébé l’avait imaginée dans Charlie (Mensuel à l’époque), par des petits dessins qui sont devenus ensuite L’an 01, la bande dessinée, puis le film, réalisé par Jacques Doillon.

Doillon leur a dit : « Faîtes de L’an O1 ce qui vous semble bon et bien et ce sera bien bon. »
Alors…

Le vendredi soir, projection en plein air, 35mm, de Be kind, rewind, de Michel Gondry.

Le samedi soir, place aux courts métrages, « Un Pas de Côté » est le mot d’ordre… ou d’invitation.
(programmation détaillée sur le pdf).

et tout au long du week-end, d’autres sélections de courts seront installées un peu partout dans le village : le Canal Espigoule.

Peek a Boo, trio d’improvisateurs voix, violoncelle, claviers, guitare, clarinette, électronique et objets divers, proposent un ciné-concert, sur une version peekaboosée de L’an 01 de Gébé et Doillon.

Non, celle-là j'la connais pas en entier, mais je sais jouer Mr Tambourine ManEt des concerts pour tous les goûts :

  • The Espanted, bittérois proposant leur piche core au fromage (sic)
  • Miquèu Montanaro, grand adepte du pas de côté, dont le galoubet tambourin provençal (…) est sans cesse appelé vers d’autres horizons revient en famille…
  • La famille Cuanol, revient de Toulouse toute costumée faire un pas de côté…
  • DJ Moulinex, de sa capitale adoptive, prépare un mix, petit pas de côté à base de bizarreries musicales des années 50 à nos jours…
  • X-OR, un duo parfois seul qui fait du zouk, du punk et de la chanson à texte et vient de Toulouse…
  • Mekanik Kantatik confronte un piano forte à toutes sortes de machines électroniques et mécaniques, enfile ses chaussures bariolées, et combat la bête sur le dancefloor en invoquant John Cage… !
  • Les Frères de Bruit, groupe Espigoulais natif, prépare un répertoire exclusif…

Et quantité d’autres propositions, un coup d’œil sur le site vous renseignera.

SansTamboursNiTrompettes
lieu dit « la baraque »
Rte d’Esparron
83560 Ginasservis
asso.stnt[at]gmail.com

A lire : L’An 01 / Gébé. – Paris : L’Association, réed. 2000 (Éperluette). ISBN 2-84414-044-0
Des planches en ligne ici.
A voir : L’An 01 / Jacques Doillon, Alain Resnais, Jean Rouch, réal. ; Gébé, scen.. – UZ Productions, 1973. MK2, 2005

Voilà un beau et pur copinage, parfaitement assumé (amical salut à Jean-Baptiste, discothécaire Manosquin à l’accueil toujours plaisant).

Publicités

5 Réponses

  1. J’y serai!

  2. oh merci bien thierry !
    on fera en sorte d’être plaisants pour tous les discobibs rhônalpins…
    à très bientôt alors

  3. Oh ! ça donne envie !

    • N’est-ce pas ?
      Et stnt m’apprends aujourd’hui que le week-end suivant, dans l’Aveyron, se tiendra le festival « Ouverture des clôtures ».

      « La route franchit la crête, s’enfonce dans la vallée profonde puis le paysage s’ouvre en terrasses. (…) Pas vraiment un festival, plutôt une fête, sonore et musicale. Pas un défilé de groupes jusqu’à plus soif, pas de scène hautainement campée, pas un gros son qui fait rouler ses basses sourdes… Plutôt une fête intime et joyeuse, des rencontres, déconcertantes peut-être, touchantes on l’espère.
      (…)
      Tous nos invités ont en commun le goût de l’aventure. Tous pratiquent la musique comme on voyage dans des contrées inexplorées pour en ramener des témoignages forcément personnels. Tous défendent une certaine idée de l’acte musical et sonore qu’on pourrait résumer par ces quelques mots : l’expérience, la présence, le corps, la danse. »

      Au programme :
      Api Uiz
      Guigou Chenevier
      Thomas Bonvalet et Simon Queheillard
      Rinus van Alebeek
      Coq de Métal
      Mathias Pontevia
      Ultrarebetiko
      Super Jean François Plomb
      Radikal Satan
      Jonas Zugzwang
      Trou d’Bal Musette
      Arno Decea & the Clockwork Wizards
      Charles Pennequin au Téléphone
      Zun Zun Egui
      Pied Gauche
      France Sauvage

      Info sur le blog http://ouverturedesclotures.over-blog.com
      contact : ouverturedesclotures [at] gmail.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :