CD’ici, une demothèque à Guilherand-Granges

Nouveau service de la médiathèque de Guilherand-Granges, CD’ici vous propose de découvrir la production de la scène locale musicale. Ces disques à emprunter, viennent compléter la collection de CD répertoriés sous le thème générique « scène locale ».
Vous êtes musicien, vous désirez vous faire connaître et figurer dans cette collection, facile, déposez votre CD accompagné d’une bio à la médiathèque secteur musique.
Vous pouvez consulter les CD disponibles de CD’ici sur le portail de la médiathèque.

Découvrons vos talents !


Petit guide pour la mise en place d’une
démothèque à la discothèque de prêt de Guilherand-Granges

1 Les objectifs :
Pour quoi faire ?

  • Proposer à nos lecteurs un choix supplémentaire de CD
  • Constituer un fonds patrimonial qui témoigne de l’activité musicale locale
  • Valoriser les initiatives musicales locales en matière de création, production et diffusion.

2. Les critères de sélection :
Il paraît pertinent de définir un cadre géographique (administratif) afin de cibler la constitution du fonds et lui donner ainsi une valeur locale (Drôme-Ardèche).

  • Constitution d’un fonds basé sur l’acquisition d’albums ou compilations de groupes locaux au répertoire propre (uniquement des créations pas de reprises ni interprétations), tous styles musicaux confondus (rock, chanson, jazz, classique, contemporain, électro…) édités par des groupes et artistes locaux ou des associations de type loi 1901 (pour pouvoir établir un bon de commande et effectuer des versements) et distribués hors circuit commercial habituel.
    L’acquisition peut se faire auprès des disquaires locaux, des fournisseurs pour médiathèque (ex : CVS) pour certaines références présentes dans leur catalogue.
  • Sélection au cas par cas des disques en fonction de critères d’éthique, de qualité musicale et de qualité d’enregistrement.Concertation avec les groupes et les associations pour les disques posant problème.

    Une demo exemplaire

3. Les moyens :
Pour collecter les CD plusieurs pistes à explorer :

  • Inventaire des associations type loi 1901 promouvant la musique dans la région par la production et la diffusion d’enregistrements (journal officiel, Musiques actuelles de la région ou département DRAC, antenne musiques actuelles, salles de concert…)
  • Prise de contact avec ces associations afin de leur faire connaître le projet et de s’informer sur leurs productions discographiques.
  • Travail de communication (presse, diffusion auprès des associations, page Myspace…) pour faire connaître le projet.

Le bouche à oreille finit aussi par fonctionner…

4. Le mode d’acquisition :

  • Acquisition par don
  • Acquisition par achat.
    Dans ce cas, les groupes doivent être rattachés à une association pour que la médiathèque puisse effectuer le paiement. Le mode de paiement fonctionne par bon de commande et versements bancaires.

Le projet nécessite un budget faible (les prix de ces CD varie entre 5 et 15 €).Ce budget peut être établi hors marché puisqu’il s’agit d’exclusivité (hors circuit commercial habituel) ; Il est possible de faire remplir un formulaire de dépôt aux groupes (droits de prêt).

5. La mise en place :

  • Intégration des CD dans le circuit habituel des documents (catalogage, équipement…)
  • Mise en place des CD dans un bac spécifique mis en valeur pour nos lecteurs avec un explicatif du projet.
  • Classement Pcdm4 des CD par styles musicaux et par ordre alphabétique avec un logo propre à la démothèque.
  • La mise à disposition au public commencera avec un fonds de 50 CD.

 

Bouh, qu'ils sont beaux !

Kiss First demo, 1973

6. Le site Internet :

  • Le site Internet peut permettre de faire une présentation du fonds de CD et du projet.
    Une liste exhaustive des CD peut y figurer avec le visuel de la pochette, des chroniques, des morceaux en écoute.
  • Les rubriques coups de cœur ou nouveautés peuvent permettre de valoriser un peu plus certains albums du fonds.
  • En cas d’écoute des morceaux, il y a une déclaration à faire et un forfait à payer à la SACEM pour les groupes inscrits ; pour les groupes non déclarés à la Sacem ou en Creative Commons, il est nécessaire de demander une autorisation aux groupes (de même pour les visuels des jaquettes).

7. Les animations :
Diverses animations peuvent être mises en place afin de valoriser ce fonds.
Des discographies par styles, des chroniques peuvent être réalisées.
L’organisation de rencontres entre les groupes ou labels et le public peuvent être envisagées (comme supports la projection de vidéos de concerts, de séances d’enregistrements studio, exposition de photos, réalisations graphiques, écoute d’albums…).
Des showcases acoustiques peuvent être mis en place voire diffusés sur le site Internet après l’accord de l’artiste (à voir selon le budget dont on dispose pour payer les artistes).

Pour conclure :
La constitution d’une démothèque demande du temps, surtout dans le collectage des CD et nécessite une veille documentaire active et constante.
Une bonne connaissance du réseau local associatif des musiques actuelles est un atout.
Ce type de fonds connaît un certain succès et répond à une attente du public par le prêt des albums des groupes qui tournent localement mais qui ne sont pas distribués et qui bénéficient d’un bon bouche à oreille.

Fabienne Chambon-Devaud
Discothèque
Médiathèque municipale
07500 Guilherand-Granges

Document réalisé avec l’aide de Vincent Bouteloup, discothécaire, médiathèque François Mitterrand d’Argentan.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :