« Apologie de l’aléatoire » à la Mlis

Davide Bertocchi, « Apologie de l’aléatoire »
Exposition du 21 mai au 30 juillet
Maison du livre de l’image et du son

Pour son exposition à l’artothèque de la Maison du livre de l’image et du son, du 21 mai au 30 juillet 2011, Davide Bertocchi présente un ensemble de pièces en référence aux univers sonore et scientifique qui nourrissent son imaginaire.
Le titre de l’exposition,
Apologie de l’aléatoire est donné comme une possibilité de lecture de cet ensemble, où le principe d’aléatoire, défendu par l’artiste, est le dénominateur commun aux pièces présentées. L’artiste souhaite proposer à travers ce projet sa définition du principe «d’aléatoire» : une logique qui ne serait peut-être pas le fait du hasard mais dont l’extrême complexité échapperait (encore) à la compréhension humaine.

Easy Every Day / Davide Bertocchi. - 2006, Marbre blanc de Carrare, sound system professionnel, CD

Easy Every Day / Davide Bertocchi. - 2006, Marbre blanc de Carrare, sound system professionnel, CD

Pour  Apologie de l’aléatoire, Davide Bertocchi réactive EasyEveryDay, pièce réalisée en 2006 avec le soutien de La Sint-Lukas Galerie à Bruxelles.
Echo formel à l’architecture monumentale du bâtiment de
Mario Botta, cette sculpture monolithique se présente comme un sound system professionnel, dont les éléments séparés sont enfermés dans des écrins en marbre de Carrare. L’œuvre fonctionne à la manière d’un juke box aléatoire, activé par le public. Celui-ci est en effet invité à diffuser librement, pendant toute la durée de l’exposition, ses propres productions musicales et sonores, singles ou albums, sans condition de style et à les écouter au volume imposé par l’artiste. La musique vient ainsi remplir tout l’espace vitré de la salle d’exposition, devenu sorte de studio de diffusion éphémère…

Un CD édité en multiple sortira à la fin de l’exposition. Il regroupera, dans une compilation musicale singulière orchestrée par Davide Bertocchi, une sélection des morceaux diffusés pendant le temps de l’exposition.

Passato, Futuro / Davide Bertocchi. - 2007, Réveil 1970 modifié

Passato, Futuro / Davide Bertocchi. - 2007, Réveil 1970 modifié

Cette logique de l’aléatoire, au centre de l’exposition conçue par Davide Bertocchi, se retrouve également dans la pièce Passato, Futuro (2007) présentée dans l’espace de l’artothèque.
Ce réveil électronique des années 1970 a été modifié par l’artiste afin que le changement d’heure se produise de manière aléatoire selon une logique imprévisible. La probabilité que l’heure affichée corresponde à la réalité devient alors extrêmement faible.
Fait du hasard ? L’objet présente par ailleurs des analogies troublantes avec le film
Orange Mécanique de Stanley Kubrick : outre sa couleur (orange) et sa date de création, contemporaine à la sortie du film, sa marque Alex n’est pas sans en évoquer le personnage principal…

Inerstella Static / Davide Bertocchi, Samon Takahashi. - 2010

Interstella Static / Davide Bertocchi, Samon Takahashi. - 2010

Sur le mur courbe, est montré Interstellar Static (2010), projet réalisé par Davide Bertocchi et Samon Takahashi avec le soutien de la Dena Foundation, Paris.
Ces deux artistes aux pratiques et esthétiques différentes, se croisent pourtant dans le champ de l’immatériel. Le son et ses possibles représentations, les sciences et la cosmogonie, sont autant de domaines qu’ils explorent avec une distance poétique.

Interstellar Static fait référence aux bruits du cosmos écoutés par les astronomes et au titre de l’album éponyme de 1989 du groupe de musique électronique expérimentale The Kangaroo Kourt. Sous ce titre est regroupée une série de dix photographies, représentations des potentialités d’une même exposition à travers des propositions rêvées. Chaque image montre des agencements différents de pièces entre elles et devient à elle seule une possibilité d’exposition. Interstellar Static induit une réflexion sur la représentation, sur comment les œuvres peuvent résonner, comment à partir d’agencements multiples, de nouveaux échos peuvent apparaître.

Top 100 / Davide Bertocchi. - 2003-2009, 400 fichiers MP3 sur une compilation de 4 CD

Top 100 / Davide Bertocchi. - 2003-2009, 400 fichiers MP3 sur une compilation de 4 CD

 Dans la médiathèque, sur un ordinateur, seront également diffusés en libre écoute, les quatre volumes de Top 100, pièce développée depuis 2003 par Davide Bertocchi et dont l’interface a été créée spécialement pour l’occasion par Samon Takahashi et Clément Lyonnet.

Top 100 / Davide Bertocchi. - 2003-2009, Fibre de verre, aluminium, 400 disques vinyles et 400 fichiers MP3 sur une compilation de 4 CD. 340 X 120 X 40 cm

Top 100 / Davide Bertocchi. - 2003-2009, Fibre de verre, aluminium, 400 disques vinyles et 400 fichiers MP3 sur une compilation de 4 CD

Pour ce projet, Davide Bertocchi a demandé à 400 personnalités du monde de l’art international quel était leur  morceau de musique préféré. Les 100 morceaux de musique sélectionnés constitue la plus vaste et la plus hétéroclite des compilations musicales. Un véritable portrait robot des goûts des commissaires d’expositions, artistes, galeristes, critiques d’art, ceux qui donnent forme aux expositions et biennales, écrivent dans les catalogues ou expriment leurs opinions dans les revues d’art. C’est donc de manière inhabituelle et inédite, par le biais de leur choix musical, que les visiteurs aborderont ces personnalités du monde de l’art contemporain…

Davide Bertocchi est né en 1969 à Modène. Il vit et travaille à Paris.
Diplômé de l’Ecole des Beaux-arts de Bologne,
Davide Bertocchi effectue son post diplôme à Nantes et à participé à de nombreuses expositions collectives, parmi lesquelles : One Planet Under a Groove : Hip Hop and Contemporary Art au Bronx Museum of Arts à New York et au Walker Art Center de Minneapolis en 2001, Stardust ou la dernière frontière au MAC/VAL en 2007, No(t ) Music au Fort du Bruissin à Francheville en 2009, L’exposition exposée à la Friche de la Belle de Mai à Marseille en 2010.
L’Instituto Italiano di Cultura de Los Angeles lui consacre une exposition personnelle en 2003.
Il participe en 2009 à
Performa à la WhiteBox de New York et à Petaflops à la N.O. Gallery de Milan.
En 2010, il expose au National Museum of Contemporary Art de Bucarest en 2010.
Il présente son projet
Limo au Centre Pompidou en 2004, et Top 100, projet itinérant au Palais de Tokyo en 2005.

Il est artiste résident en 2001 à la Villa Arson à Nice et au Pavillon du Palais de Tokyo à Paris en 2004.
Il participe actuellement aux expositions
Génération Polluée à la galerie Nuke à Paris et à Mono-Cycles à L’Ozio à Amsterdam.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :