Michel Henritzi à la médiathèque Louis Aragon, Rive de Gier, 13/01/2012

Les musiques de traverses en France doivent beaucoup à Michel Henritzi.

Dabord en tant que musicien (Dustbreeders, Howlin’ Ghost Proletarians, et de nombreuses rencontres avec des musiciens de génie, comme Junko ou Mattin).
Michel Henritzi est aussi un passeur de culture à qui nous devons la découverte d’artistes et musiciens aujourd’hui très apprécié.
Il écrit depuis de nombreuses années dans l’unique magazine musical français consacré à ces musiques,
Revue & Corrigée. Il fait tourner des musiciens Japonais en France et en Europe et est également impliqué dans l’édition de disques.

michel_henritzi_photo_by_jerome_b_01

Michel Henritzi, Walking with the shadows (photo jérôme b)

Walking with the shadows (35 min)
Michel Henritzi : guitare et ampli
Kumiko Karino : photographies

A la façon de Robert Franck ou de Daido Moriyama, Kumiko Karino a photographié un Japon crépusculaire (entre Tokyo et le Shikoku, Okinawa et Kyoto). Quand le familier devient étrange et incertain, que la ville déroule une histoire infiniment mélancolique, s’y glissent des ombres comme des personnages anonymes perdus là.

En écho, la guitare de Michel Henritzi, jouée du côté de la nuit électrique, entre abstract blues et folk music, déconstruit à l’extrême. On y entend les poussières du Deep South et ses fantômes hanter les cordes et le corps de la guitare, comme un feedback.

Guitare et photographies entrelacées nous ouvrent à un voyage immobile, un road movie dans un lointain géographique.

C’est un projet d’improvisations autour de l’atmosphère du blues, je ne joue pas le blues, mais avec l’idée du blues.

Je joue sur des photos de Kumiko Karino, une jeune photographe Japonaise. C’est la rencontre de deux visions solitaires de la vie au Japon : nous sommes tous les deux intéressés par les terrains vagues, les arrières cours et les casses auto, les espaces vides et les ombres.

J’utilise ses photos comme une partition en noir et blanc. Je ne regarde pas vraiment les images pendant le concert, je ressens plutôt leur atmosphère et les changement de lumière. C’est comme le silence et le bruit, la rapidité ou la lenteur dans la musique.

J’ai toujours été intéressé par le feedback ; jouer cet abstract blues c’est comme un effet rétroactif de la narration.

Je suis resté quatre mois au Japon l’an dernier et je voulais également travailler avec mon ressenti et mon expérience de ce pays. J’ai pu écouter beaucoup d’enka, des chansons sentimentales et mélancoliques des années 60 et 70, un genre de blues japonais.

J’essaie de mettre ce feeling dans ma musique. Je dois avouer que je suis un type mélancolique.

Musicalement j’ai toujours été intéressé par les scories, le souffle de l’ampli, le larsen, les fausses notes, les erreurs, les silences, les craquement du vinyle… toutes ces choses que la plupart des musiciens tentent d’effacer.

C’est une partie fantomatique de la musique que j’adore. L’inconscient du jeu là-dedans.

Avant ce projet solo je jouais abstraitement avec des sons énormes ; peut-être que je tente aujourd’hui de raconter des histoires, de trouver un lien plus direct avec le public.

(Michel Henritzi, présentation du projet Walking with the shadows)

michel_henritzi_photo_by_kazuhiro_okuno

Michel Henritzi (photo Kazuhiro Okuno)

Un train pour Obaïda (17 min)
Michel Henritzi : guitare et ampli
Kristof Guez : court-métrage

Le film Un train pour Obaïda montre un lent travelling à la tombée du jour sur l’île artificielle d’Odaïba à bord du métro aérien Yurikamome.

Tout ce qui est visible dans ce film semble être à sa place alors que même le sol sur lequel s’appuie les constructions est comme sortie de la mer.

Sur l’invitation de Kristof Guez, Michel Henritzi a composé la musique de ce court-métrage, qu’il jouera en improvisation live.

http://michelhenritzi.canalblog.com/
http://www.myspace.com/michelhenritzi

Médiathèque Louis Aragon, Rive-de-Gier
8 square Marcel Paul
42800 Rive de Gier
04 77 83 07 50
mediatheque@ville-rivedegier.fr

Vendredi 13 janvier 2012, 19h30
Entrée libre
Concert précédé de l’inauguration et de la présentation de la 9ème édition du festival Guitare Vallée

Programme Guitare Vallée 2012

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :