Label Forge à la Maison du Livre de l’Image et du Son 17 octobre 2011

La Maison du Livre, de l’Image et du Son de Villeurbanne propose dans le cadre du Festival Un Doua de Jazz une soirée autour du label phonographique La Forge

19h : présentation du festival Un Doua de Jazz qui se déroulera du 14 au 22 octobre, par Rémi Nouvelot, président

19h30 : présentation du label phonographique ‘La Forge’ par François Raulin, directeur artistique

20h : concert : François Raulin, piano – solo

21h : concert : Ümlaut

le lundi 17 octobre 2011, Maison du Livre de l’Image et du Son François Mitterrand, 247, cours Émile Zola, 69100 Villeurbanne. 04 78 68 04 04.

Entrée Libre – Tout public

C’est en 2000, sur l’initiative des musiciens Pascal Berne, Michel Mandel et François Raulin, que naît le collectif La Forge en Rhône-Alpes, afin de développer un projet artistique fort, basé sur la recherche musicale et la création de nouveaux répertoires. Autour des trois directeurs artistiques, se regroupent alors des musiciens de toute la sphère jazz se produisant sur les scènes françaises et étrangères. Parallèlement à ce travail de composition les membres du collectif s’engagent dans des parcours de formation et de sensibilisation auprès d’amateurs ou encore au sein de Conservatoires ou d’Écoles de Musique dans le but d’ouvrir les élèves à une pratique musicale moins conventionnelle.Enfin, depuis 2007, La Forge possède son propre label phonographique et peut ainsi éditer les différents projets des formations qui le composent.

François Raulin

François Raulin

« Ce qui frappe d’emblée chez François Raulin quand on l’entend en solo c’est la densité du discours. Densité mélodique, harmonique et rythmique. Les accords touffus, les brisures rythmiques, les basses telluriques sous-tendent tantôt des mélodies souvent simples voire minimalistes, de petites ritournelles obsédantes dont la ligne de chant se décale progressivement dans un style qui pourrait évoquer le Dollar Brand des années soixante-dix, tantôt des envolées de main droite d’une richesse mélodique et rythmique hallucinante. Mais c’est aussi et surtout Lennie Tristano – à qui le pianiste grenoblois a souvent fait référence – qu’évoque le jeu de Raulin. Par le toucher d’abord, très physique, au fond des touches, et en cela charnel derrière une apparente austérité dans la forme héritée de Bach, influence qu’il a en commun avec le pianiste chicagoan. Par le débit ensuite, qui parfois évoque ce “maelström” dont Tristano a utilisé le nom pour intituler un de ses plus fameux morceaux.

Par la maîtrise et l’usage de la résonance enfin, dont Raulin se sert comme d’un halo sonore pour donner au piano une dimension orchestrale. Car c’est autant le compositeur que l’instrumentiste qu’on entend à travers ce solo intense : rigoureux, exigeant, virtuose et porteur d’un discours dont la beauté sonore et la cohérence formelle se dévoilent au fur et à mesure d’un concert dont la dimension lyrique ne se donne à entendre qu’au prix d’une extrême attention de l’auditeur, qui est le pendant de l’investissement du musicien. Rien d’étonnant, donc, dans le fait que le seul standard de ce répertoire soit “Lotus Blossom” écrit par l’immense Billy Strayhorn. Strayhorn, Tristano, Monk (au passage), Brand et Raulin : une filiation qui explique que ce dernier sonne de façon aussi moderne et intemporelle et qu’il puisse faire défiler sous ses doigts tout un pan de l’histoire du jazz sans tomber dans le patchwork ou l’hommage tel qu’ils se pratiquent de plus en plus souvent. François Raulin : une voix singulière sur le piano et un musicien littéralement habité. »

Umlaut

FRED ESCOFFIER : claviers

FRED PONCET : guitare

EMMANUEL SCARPA : batterie

Derrière ce terme de phonétique, se cache une formation lyonnaise des plus originales sur la petite planète du jazz. Créé par Emmanuel Scarpa en 2004, le trio utilise toutes les palettes sonores du rock et son énergie, en combinant les rythmiques élaborées aux improvisations radicales.

Depuis 2000, Emmanuel Scarpa participe aux différents projets du collectif La Forge, et est très actif sur la scène hollandaise puis européenne. Ses collaborations sont maintenant très nombreuses, il est un des musiciens incontournables doublé d’un compositeur original, et il s’impose comme partenaire privilégié d’artistes aussi différents que Ellery Eskelin, Régis Huby ou Lambert Wilson.

Yolk ! à la Mlis

Dans le cadre du festival Un Doua de Jazz, la Maison du Livre de l’Image et du Son François Mitterrand propose une soirée de concerts autour de YOLK ! Collectif et label de Jazz.

19 h : Présentation du label YOLK par Alban Darche et projection du film Ça jazze dans l’bourg, de Philippe Ody.
20 h : Concert : KINDERGARTEN : duo de Mathieu Donarier et Poline Renou
21 h : Concert : ALBAN DARCHE TRIO+1 – Brut ou demi-sec ?

Oh, le beau jaune d'oeuf !

Lundi 18 octobre 2010 à 19 h
Maison du Livre de l’Image et du Son François Mitterrand
247, cours Émile Zola, 69100 Villeurbanne
Contact 04 78 68 04 04
Tout public, entrée libre.

KINDERGARTEN

Matthieu Donarier, clarinette
Poline Renou, voix

C’est le fruit d’une rencontre, toute récente, entre deux musiciens aux parcours totalement différents : Matthieu Donarier, très actif sur la scène jazz française, que l’on peut entendre au sein du Baby Boom du batteur Daniel Humair, ou encore avec Le Sacre du Tympan, Le Gros Cube d’Alban Darche ou le Caratini Jazz Ensemble. Et Poline Renou, membre du Huelgas Ensemble ou de l’Ensemble Doulce Mémoire, qui alterne la pratique des musiques anciennes et contemporaines.

Ensemble, ils ont choisi de bâtir un univers musical particulier, fragile, polymorphe, osant le silence et la nudité, mêlant poésies écrites et instantanées, murmures harmoniques et fureurs rythmiques.

Mathieu Donarier, Poline Renou. (DR)

« Vous n’imaginez pas tout ce qu’il est possible de faire avec une clarinette et une voix, sans forcément aller chercher dans des modes de jeu spéciaux ni recourir à des effets électronique. Donarier et Renou se présentent ici à découvert comme au premier jour dans la presque totalité des quinze bijoux de ce recueil d’une rare originalité. »
(Nicolas Brémaud in Jazz Magazine n° 592)

http://www.myspace.com/matthieudonarier

ALBAN DARCHE TRIO + 1
Brut ou demi-sec ?

Alban Darche, saxophone ténor
Frédéric Chiffoleau, contrebasse
Emmanuel Birault, batterie
Alexis Thérain, guitare

Depuis des années, Alban Darche s’attache à revisiter des univers, des imaginaires et des styles qui, musicalement l’ont profondément marqué.

Une relecture artistique qui tend continuellement à susciter de nouveaux émois et de surprenantes expériences.Assumant pleinement les influences des grands trios de l’histoire tels que ceux de Sonny Rollins ou de Joe Henderson, ce Trio+1 d’Alban Darche délivre une musique en accord avec son temps, oscillant entre puissance et légèreté, alliant avec intelligence des reliefs rythmiques et des surfaces mélodiques. Ce kaléidoscope musical entre héritage et réinterprétation vient perturber les frontières et les idées reçues en matière de jazz contemporain.

« Ce qu’il y a de plaisant avec Alban Darche, c’est son obstination à creuser son sillon, à affiner sa personnalité musicale. En voici un nouvel exemple tout simplement épatant. On pourrait résumer ce disque comme le mariage de la douceur, celle de Darche, et de l’implacabilité rythmique. »
(Ludovic Florin in Jazz Magazine n° 607.)

http://www.albandarche.com/


Saviez vous que Jazz rime avec Caluire ?

Ah bon vous ne trouvez pas ? Pourtant pendant le mois de juin et même un p’tit bout de juillet, le jazz s’installe chez nous…

Au menu :

De la bibliothèque

Le jeudi 17 juin à 19h30

Les écrivains du jazz

Lecture spectacle par la Cie Div art

Toute la poésie du jazz à travers quelques œuvres romanesques ou poétiques. Certains extraits seront donnés dans la langue originale des auteurs pour laisser résonner toute la musicalité de leur écriture. S’intéresser à ces écrivains tous amoureux du jazz c’est aussi faire entendre cette musique. C’est pourquoi Serge Sana et Jean Cohen, jazzmen reconnus, composent et jouent une musique originale inspirée par les textes et spécialement conçue pour accompagner ce spectacle.


Le mercredi 23 juin 2010 à 19h15

Les clés du Jazz

Une concert-conférence en deux parties :

– une première partie pour exposer quelques éléments et procédés utilisés dans la musique et en particulier dans le jazz. En prenant par exemple « Les feuilles mortes » nous allons montrer les différentes façons de jouer sur cette mélodie très connue. Les moments narratifs alternent avec les moments musicaux.

– une deuxième partie comme un mini concert où les musiciens illustrent et mettent en valeur les principes musicaux exposés selon l’inspiration de l’instant en donnant une large place à l’improvisation et au jeu.

(Renseignements 04 78 98 81 00 – bibliotheque -at- ville-caluire.fr – bm.ville-caluire.fr)

Des promenades vocales de la Chapelle

(Ville de Caluire et Cuire) :

Le mercredi 7 juillet à 21h

(Chapelle Saint Joseph – Renseignements et réservations 04 78 98 80 66 – Tarifs 8€/5€)

Jazz vocal

par Charlatan transfer.

Gospel, Negro spirituals, Gershwin, Duke Ellington… Charlatan transfert parcourt les grandes années du jazz, hot, swing, bop et latin, dans des pièces a cappella ou accompagnées.

« Le Chien déguisé en vache » à la Mlis

Catherine Delaunay, clarinettes
Pascal Van den Heuvel, saxophones

Musiciens français de jazz et musiques improvisées, ces deux très grands complices ont mêlé leurs sensibilités respectives pour créer ce duo.
Fraîcheur et spontanéité, légèreté, humour : on respire, on s’étonne, on rit, on est transporté par ces deux souffleurs de musique et d’émotion.

Mazette, quelle matin !

Vendredi 26 mars 2010 à 19h
Maison du livre de l’image et du son François Mitterrand

247 cours Emile Zola
69100 Villeurbanne
Contact 04 78 68 04 04

Médaille d'or en clarinette, Médaille d'or en musique de chambre, Première Médaille dans le cycle spécialisé de formation musicale, Mérite Agricole... Ah non, pas le Mérite Agricole !

Catherine Delaunay

Après une solide formation au Conservatoire Supérieur de Musique et Danse (CNSMD) de Lyon, la clarinettiste et compositrice Catherine Delaunay décide de se tourner plus particulièrement vers le jazz et les musiques improvisées. Depuis 1996, elle crée et dirige ses propres projets, pour lesquels elle compose.
Catherine Delaunay crée également des œuvres musicales pour des chorégraphes, metteurs en scène, scénaristes.

Projets personnels :
Y en a qui manquent pas d’air : petit orchestre de rue et d’intérieur, avec Lionel Martin, Daniel Casimir, Didier Havet et Tatiana Lejude
Silence dans les rangs : duo avec Tatiana Lejude
Tajfea : trio avec Jean-François Vrod et Tatiana Lejude

Catherine Delaunay collabore également avec de nombreux musiciens : Régis Huby, Laurent Dehors, Isabelle Ollivier et bien d’autres encore.
http://www.lesneuffillesdezeus.com/pages/cdelaunay.php
http://www.myspace.com/catherinedelaunay

M. Van den Heuvel, heureux comme pas deux de jouer à la Mlis !

Pascal Van den Heuvel

Saxophoniste tourangeau, complice de Catherine Delaunay, Pascal Van den Heuvel passe aisément et avec un plaisir non dissimulé de l’harmonie la plus municipale à la musique la plus improvisée, du musette le plus traditionnel à la chanson française la plus décapante.

De formation classique, adepte d’un jazz ouvert, enseignant à ses heures, compositeur et arrangeur, il joue en duo avec le guitariste Massimo Miola, fait partie de Bastoon & Babouschka Quartet avec Sébastien Gariniaux et Isabelle Sempéré (chanson française).

Pluridisciplinaire, Pascal Van den Heuvel participe à d’autres projets abordant les répertoires musette, swing, et joue dans des ensembles de musique improvisée.
http://www.lesneuffillesdezeus.com/pages/pvandenheuvel.php
http://www.myspace.com/pascalvandenheuvel

%d blogueurs aiment cette page :