CAPITALES MUSIQUES à la médiathèque de la Part-Dieu, mercredi 19 décembre

Deuxième rencontre Capitales Musiques, à la bibliothèque de la Part-Dieu.

Après une première édition consacrée à Berlin, la folle épopée mancunienne contée par Christian Eudeline.

madchester

Manchester, Lesser Free Trade Hall, 4 juin 1976 Les Sex Pistols sont venus et d’un coup, vous preniez conscience de l’existence d’un autre monde. C’était un choc, car vous saviez que désormais, rien ne serait plus jamais comme avant. Et c’est ce qui s’est passé… Steve Diggle, guitariste des Buzzcocks.

Les 4 juin et 20 juillet 1976 sont devenues des dates historiques dans l’histoire du rock mancunien : tous les futurs acteurs de la scène rock locale sont présents et assistent au réveil d’une Angleterre endormie par les punks Sex Pistols (Anarchy in the UK, God save the Queen…).
factory-records_logoFinie la virtuosité du rock progressif, place à l’énergie, l’envie, le Do It Yourself. Fonder un groupe n’est plus un rêve inaccessible : germeront ainsi des formations aussi emblématiques que les Buzzcocks, Joy Division ou The Fall et un peu plus tard les Smiths de Morrissey.

Shaun Ryder singing


La machine est alors en marche et Manchester devient vite un phare musical pour le reste du pays mais aussi de l’Europe et des Etats-Unis : le label Factory de Tony Wilson, New Order, le son Madchester (Stone Roses, Happy Mondays…), le club Hacienda (tête de pont de l’acid house et de la techno américaine en Europe), la britpop d’Oasis…

Christian Eudeline, journaliste, rock-critique, auteur (Nos années punk 1972-1978, Le rock gothique, Hard-Rock, Anti Yé-yé, contributeur de l’Encyclopedie du rock français (1960-2000) et l’Encyclopédie de la chanson française…) nous contera cette aventure musicale faite aussi de sans-grades, de glorieux aînés (Herman’s Hermits, The Hollies…) ou d’une prolifique descendance (The Chemical Brothers, Wu Lyf…).

 


Madchester : The Sound of the North

Le 19 décembre 2012
18h30 à 20h15
Entrée libre

Bibliothèque de la Part-Dieu
30 boulevard Vivier-Merle
69431 Lyon
04 78 62 18 00

A venir :

  • le 7 (ou 8) février pour une conférence sur La Nouvelle-Orléans par Florent Mazzoleni (auteur d’une vingtaine de livres abordant les musiques populaires des deux rives atlantiques. Il a notamment publié Afro-pop, l’âge d’or des grands orchestres africains, Mali, musiques modernes et traditionnelles, Burkina Faso, musiques modernes voltaïques et Ghana Highlife Music).

CAPITALES MUSIQUES à la médiathèque de la Part-Dieu

La bibliothèque de la Part-Dieu initie un nouveau cycle musical dont l’ambition est de traiter de la musique à travers le prisme des grandes villes qui ont marqué, pour différentes raisons, l’histoire de la musique.

Premier exemple : Berlin avec le guide Théo Lessour

Théo Lessour est un musicien et auteur français vivant à Berlin depuis cinq ans.
Il a joué au début des années 2000 dans le groupe rock Colder et écrit dans plusieurs publications musicales avant de s’installer en 2007 dans la capitale allemande, où il a écrit Berlin Sampler, une sélection largement commentée de musiques berlinoises, qui s’étale sur plus de cent ans.
Le livre retrace l’histoire de la ville à travers les diverses explosions musicales qui l’ont parcourues : le cabaret, la musique dodécaphonique, les premières expérimentations sur le son, les rapports étranges des nazis au jazz, les relations ambiguës des socialistes au Rock, les squatteurs et la scène alternative hippie, l’école électronique berlinoise des grandes années du rock cosmique, les dilettantes géniaux des années 80 et l’apothéose étrange de la Love Parade.

Berlin Sampler a reçu en France un très bon accueil critique et vient d’être traduit en anglais. Théo Lessour planche maintenant sur d’autres projets de livres et gagne sa vie de son mieux en enseignant le français.

Une chronique du guide ici.
Télécharger les 19 premières pages du livre.
Interview par Le Journaliste (!) et entretien dans Trax avec Olivier Pernot.

Le 05 octobre 2012
18h30 à 20h30
Entrée libre

Bibliothèque de la Part-Dieu
30 boulevard Vivier-Merle
69431 Lyon
04 78 62 18 00

Tous les rendez-vous ne sont pas encore définis.
Cependant vous pouvez dès à présent graver sur vos tablettes d’argile :

  • le 19 décembre, où Christian Eudeline (frère de Patrick, qui écrit dans VSD et les Echos, auteur des livres Hard-Rock – bof d’après les critiques lues – et Anti Yé-yé, un opus sur le rock gothique, un autre sur Michel Polnareff, et a contribué à l’Encyclopedie du rock français (1960-2000) et l’Encyclopédie de la chanson française) traitera de Manchester.
  • le 7 (ou 8) février pour une conférence sur La Nouvelle-Orléans par Florent Mazzoleni (auteur d’une vingtaine de livres abordant les musiques populaires des deux rives atlantiques. Il a notamment publié Afro-pop, l’âge d’or des grands orchestres africains, Mali, musiques modernes et traditionnelles, Burkina Faso, musiques modernes voltaïques et Ghana Highlife Music).

2001 – 2011 : H.A.K. Fête ses 10 ans, Usuku lokuzalawa H.A.K. !

Le collectif H.A.K., déjà maintes fois cité en ces pages (hum, ça sent le copinage), non content d’être aussi actif qu’alternatif, fête cette année ses 10 ans…

Prolixes et généreux, ces membres proposent deux soirées de concerts, expos, diffusions les vendredi 18 et samedi 19 mars.
La fête est programmée dans les locaux toujours accueillants du Grrrnd Zero Gerland et ses échos seront perceptibles dans le monde entier grâce aux web radios Cannibal Caniche (KKWNE) et Strange Frequencies Channel.

H.A.K. Lo-fi Records invite donc à un événement local de portée mondial… presque un credo pour ces 80 improvisateurs en tous genres.
The place to be si vous voulez mon avis.

H.A.K. a un site et est présent sur le très recommandable Internet Archive. De quoi se faire une idée (forcément parcellaire puisqu’avec ces activistes sonores tout n’existe que dans l’instant).


2001 – 2011 : H.A.K. Fête ses 10 ans, Usuku lokuzalawa H.A.K. !
Vendredi 18 et samedi 19 mars 2011
Grrrnd Gerland
= 40 rue Pré-Gaudry, Lyon 7, M° Jean Jaurès
6 € / soir, 10 € le pass pour les deux soirées.

* ::::::::::::: VENDREDI 18 MARS ::::::::::::: *
SARAH MONN / Noise miX d’ambiance / Mont Pilat
EXTRASYSTOLE + NICOLAS DICK / bandes sons sans images / Orléans / Marseille
KID PAROTT/ Collage Audio-Diffuseur / Aubenas
OBSCURANTINE [Victor Jorge & Anton Mobin] / Une odyssée dans la cage / Paris
Carlos Groenland + Hc = Der Kommissar – DMC / Friture Ciao / Lyon-Torino

* ::::::::::::: SAMEDI 19 MARS ::::::::::::: *
EVARISTE CHAMPION + SYL20 + LUDIVINE CYPHER / Free Style / VilleFranche / Lyon/Sologne
THANATO TWIST with OLEG’S SOUND SYSTEM / Désordre Gastrique et Cosmique / Orléans
KID PAROTT / Collage Audio-Diffusant / Aubenas
AxDELBOR vs DEADBEAT/ Musique Erroriste / Lyon-St Etienne
VITAS GUERULAÏTIS / Dada Psyche Kraut Punk / Brussels
GIGOTON / Bizarre Dance Mix / Paris

+ *Power For The Mutants**
Smart & Beautiful. H.A.K. Radio Programs;
On KKWNE & STRANGE FREQUENCIES CHANNEL (web radios)
DIFFUSION
VERSUS TIME
INTERVIEWS
FICTIONS
JEUX
INÉDIT
SURPRISES

Compte-rendu de l’AG du 06/09/2010, Lyon Part-Dieu

Le choix du lundi est souvent synonyme de faible audience lors des AG. Nous comptabilisons 10 présents ce lundi 6 septembre bien que la réunion se déroule à Lyon.

  • le voyage d’étude fin septembre 2011 à Barcelone :

Les organisateurs (Denis, Cyrille, Joan et Thierry P.) essaieront de proposer une fourchette de tarifs comprise entre 250 et 300 euros, soit le voyage + 2 nuits à l’hôtel (difficile de faire moins) et cela sans compter les repas.
Nous vous rappelons que Bruxelles nous avait coûté 250 euros en tirant les prix au plus bas.
Le transport prévu sera sans doute l’avion. La compagnie Easy jet offre parfois des tarifs très intéressants.
Notre collègue Joan FOLCH-POBLET d’origine catalane, nous aidera à prendre les contacts par mail dans la langue du pays.
Nous envisageons de caler une date fin septembre 2011 avec un départ en soirée le dimanche (par avion). Cyrille propose de se renseigner sur les tarifications hôtelières et l’avion. Plus les réservations se feront tôt, plus les tarifs seront attractifs.
Notre président nous demande de bien mettre en avant qu’il s’agira d’un voyage subventionné.

  • Thierry nous donne un avant programme de la journée du 13 décembre 2010 en détaillant les différents aspects des interventions envisagées.
  • Simon nous signale que la Part-Dieu connaît des difficultés de fonctionnement en accédant sur le site de la Cité de la Musique auquel elle est abonné. Des collègues rencontrent-ils les mêmes soucis ?.
  • Christian nous invite à participer à la réunion des Bibliothécaires hybrides qui se déroulera le vendredi 24 septembre 2010 de 9h à 13h30 à la BPI (Paris). Il évoque aussi La FING (Fédération Internet Nouvelle Génération) qui organise des rencontres plus interactives que les journées d’étude.
  • Autre info, Journée de l’ABF le 4 novembre 2010 au Centre de Congrès Le Manège à Chambéry qui abordera « les services innovants dans les bibliothèques ».
  • l’ACIM organise le 11 octobre 2010 à Auxerre une réunion d’information (Nouvelles des NBN).
  • Christian évoque le mode de fonctionnement de l’IABD et la nécessité de structurer l’association qui pour le versant musique rassemble l’AIBM présidée par Laurence LANGUIN, directrice de la Médiathèque du CNSMD de Lyon et L’ACIM présidée par Xavier GALAUP et Christian MASSAULT. Les bibliothèques sont représentées par Dominique LAHARY et les archives par Mr BATISTI. Il rappelle la difficulté de trouver des collègues disponibles.

La matinée s’achève par une découverte du kiosque de la Part-Dieu mis en service il y a 3 ans. Ce lieu ouvert à tous, permet une restauration rapide mais coûteuse dans un cadre sympathique, spacieux et confortable. Le kiosque a un fonctionnement indépendant. Les usagers peuvent consulter la presse ou s’installer sur les bornes d’écoute de la discothèque.

Compte-rendu par Thierry Pellet
Médiathèque de Meyzieu

CR AG VDL Lyon_20100906

« L’expérience acousmagique » à Grand Guignol

Double copinage puisque le concert relayé ici se déroulera à Grand Guignol, l’excellentissime, incontournable et très active librairie des Pentes de la Croix Rousse.
Loïc accueillera dans la cave la plus avant-gardiste de Lyon, le duo formé par Emmanuel Holterbach et Etienne Coussirat pour un moment de musique psychédélique, planante et réconfortante : L’expérience acousmagique.

Rendez-vous donc mardi 29 juin à 20h30. C’est 5€, pas cher le voyage en contrée inconnue.

« Etienne Coussirat et Emmanuel Holterbach ont commencé à travailler ensemble en 2006 dans le trio de rock expérimental Tonton Macoute. Leur musique a conservé de ce trio l’énergie vaudou et l’intensité hypnotique.
En duo Etienne Coussirat et Emmanuel Holterbach bâtissent de vastes paysages de fréquences en partant d’une multitudes de sources sonores : objets anodins, instruments inventés ou non, électronique mutante, sons enregistrés de voix animales ou de bruissements de machines…
Alchimistes minutieux, ils œuvrent à la transmutation de la matière même du son et du temps. Votre corps s’est dissout dans des vibrations telluriques ? Votre montre s’est arrêtée ? Le temps semble s’être figé ou écoulé à l’envers ? C’est normal, c’est ce qui caractérise la musique expérimentale d’Etienne Coussirat et Emmanuel Holterbach, musique acousmagique s’il en est…
Ils ont réalisé ensemble un LP titré Les Veines Brillantes, à paraître…

Etienne Coussirat

1981, vit et travaille à Bordeaux, France
Musicien évoluant dans les sphères du bricolage d’instruments impossibles et de l’improvisation électroacoustique, il détourne un grand nombres d’objets et de gadgets électroniques pour en tirer les sonorités les plus étranges, délicates et envoûtantes.
L’écoute et l’enregistrement de paysages naturels et industriels guide son inspiration et lui sert de modèle de structures musicales. L’exploration de la matière sonore, de la texture des sons est au cœur de ses préoccupations.
En concert, son dispositif est constitué d’un ensemble hétéroclite de petits objets manufacturés (bols, pinceaux, boites de conserve, ventilateurs, boite à musique, polystyrène,…), d’objets naturels (pomme de pin, coquillages, morceaux de bois,…) et d’un foutoir d’électronique agencé de manière à produire des ondes sonores de premier choix.
Enrichi d’une étude très concentrée des sons : microtonalités, sons continus, harmoniques, structures répétitives, silences…
Il compose par ailleurs des pièces électroacoustiques secrètes, mobiles de sons délicats suspendus dans l’éther ou subtiles rivières d’harmoniques.
Il collabore aussi épisodiquement avec des artistes et des musiciens en tant qu’ingénieur du son.

http://e.coussirat.free.fr/

Emmanuel Holterbach

1971, vit et travaille à Lyon, France
Emmanuel Holterbach rêve en écoutant les bruits du monde, toute sa musique en découle…
Il invente, fabrique et joue sur des instruments acoustiques ou électroniques (verres enharmoniques, gyrophones, machine à bourdons), des machines à spatialisation du son (acousmotopographes) et des haut-parleurs mutants (bas-parleurs, tôles-sonnantes),
– présente des installations et des concerts depuis 1992 en Europe, au Canada et en Chine,
– joue des verres enharmoniques dans le duo Orbes avec Sophie Durand depuis 2001,
– compose des pièces électroacoustiques réalisées à bases de prises de sons d’environnements naturels et industriels, de bruissements de créatures, de vibrations de matériaux et de bâtiments,
– compose des pièces pour instruments acoustiques classiques et exotiques,
– improvise dans divers espaces (clos ou ouverts) et sur toutes sortes d’objets, en solo ou en collectif,
– rocke sauvagement dans le trio Tonton Macoute avec Etienne Coussirat et Jacques Masson,
– collabore épisodiquement avec Hitoshi Kojo, Pierre Berthet, Jean-François Laporte, Osso Exotico, Tony Di Napoli, Michael Northam, Julia Eckhardt, le Collectif Ishtar…
– présente des conférences sur le thème des arts sonores dans des écoles d’art, des bibliothèques ou des festivals,
– est occasionnellement conseiller artistique pour des événements liés à l’art sonore,
– a organisé les archives d’Eliane Radigue. »

http://orbes.over-blog.com/
http://www.myspace.com/mholterbach
http://www.myspace.com/orbesverresenharmoniques

Tout ça c’est à Grand-Guignol
91, montée de la Grande Côte
69001 Lyon
04 78 30 50 42
http://guignols-band.blogspot.com/
http://www.librairie-grandguignol.net/
Mardi 29 juin, 20h30, 5 €

A écouter :
Verres enharmoniques : un (au rivage des voix mortes)
/ Orbes. – Cloud of Statics, 2004 (mCD). COSm04.02.
Folk cycles / Osso Exotico, Verres Enharmoniques. – Phonomena, 2006 (CD). PAAM-030CD
Do-Undo (in G maze) / Manu Holterbach, Julia Eckhardt. – Helen Scarsdale Agency, 2010 (CD). HMS018

Et pour info (tant qu’on y est…) le dernier concert de la saison Grand Guignolesque aura lieu vendredi 02/07, avec l’indispensable duo de David Chiesa et Mathieu Werchowski.
A écouter :
Sharp Claws Cats / David Chiesa, cb, Mathieu Werchowski, vl. – Soopa, 2007 (CD). SOOP09
Marchetti/Noetinger/Werchowski / Lionel Marchetti, Jérôme Noetinger, electr., Mathieu Werchowski, vl. – Corpus Hermeticum, 2000 (CD). Hermes034

Musiqu’azimuts, l’explorateur musical de la BM de Lyon

Simon Cane annonce à la communauté ravie l’arrivée de Musiqu’azimuts

« Muziqu’azimuts : à ne pas confondre…

Music Azimut, c’est « l’association de toutes les musiques du bocage ornais ».
Musicazimut, c’est un orchestre bavarois (?).
Musiqu’azimuts, ça a été le nom d’une série d’animations de la BM de Lyon proposant des découvertes musicales.

Maintenant, c’est le nom du « portail thématique musical » du réseau de la BM de Lyon ou, si l’on préfère de son « explorateur musical ».
Voici son adresse directe : http://www.bm-lyon.fr/musiquazimuts/

Cherche, trouve, qu'à chacun de tes pas une autre porte s'ouvre...

Il s’appuie sur spip, autonomy (le moteur de recherche de catalog + consultable sur le site de la BM de Lyon) et intègre des recherches graphiques de l’atelier Beau fixe pour le service de la « comm’externe » de la BML.

Il a été préparé par les bibliothécaires travaillant sur la musique à la Bibliothèque de la Part-Dieu et 4 autres bibliothèques du réseau, mais rien n’aurait été possible sans le précieux concours de Nicolas Gros (ingénieur informatique à la BML ) pour le travail sur autonomy, Elodie Coignard (webmestre actuellement « sur le marché de l’emploi ») pour l’architecture et les développements spip, Vanessa Fradet (webdesigneuse à la BML ) pour la présentation, etc., etc…
Que leurs noms soient glorifiés !

Comme vous le verrez si vous y allez voir, Musiqu’azimuts a été mis en ligne alors que tout n’est pas parfait. Les critiques de tous ordres sont les bienvenues, il suffit de cliquer sur « contact » en bas de page pour les envoyer à tout le département musique de la Bibliothèque centrale à la Part-Dieu.
Désolé de ne pas pouvoir récompenser chaque erreur trouvée, on en trouve nous-mêmes plusieurs par jour (et ça fait plus d’un an qu’on corrige notre catalogue en vue de ce projet). Il n’y a plus de disque de Dead Can Dance en hard rock, mais il n’y a pas si longtemps…
La seule critique que je vous demande de ne pas faire est que le premier clic renvoyant vers une notice de l’OPAC ne fonctionne pas : d’abord, osez recliquer, ensuite c’est un défaut de notre OPAC qui ne sera corrigé que lorsqu’on le changera. »

Un des projets de l’équipe est de proposer de la musique en écoute via ce portail thématique…
A suivre donc…

Christine Albanel chargée de mission sur le livre numérique…

Je…
Non, vous ne pouvez pas…
Il faudrait que…
Mais !…
Oh, mon dieu… Noooooooon !

Après son passage au ministère de la Culture, et les polémiques qui ont accompagné les débats de la loi Hadopi et causé son départ du gouvernement en juin 2009, Christine Albanel se voit confier par François Fillon une mission sur le livre numérique et l’adaptation de l’industrie du livre au développement du numérique.

Ses missions seront les suivantes :

–          coordination de notre politique de numérisation du livre avec celle de nos partenaires européens, en liaison avec la Commission européenne.

–          évaluation de la situation du piratage dans le secteur de l’édition et étudier l’adaptation du secteur à la lutte contre ce piratage

–          développement de l’offre légale numérique dans le secteur du livre.

Forte de son expérience, Christine Albanel devra « expertiser les conditions dans lesquelles le secteur de l’édition pourrait le mieux tirer parti des mesures de protection et de dissuasion qui seront mises en œuvre par Hadopi« . En effet, sa lettre de mission stipule que « Compte tenu de votre expérience de ce secteur, il vous est demandé de faire des propositions concrètes visant à faciliter l’exposition des éditeurs français sur Internet et la mise en oeuvre par les entreprises de propositions commerciales attractives en ligne« .

« Le gouvernement ne peut accepter de voir une nouvelle industrie culturelle menacée par le pillage« , explique François Fillon (« industrie culturelle« , jolie tournure novlangue, souvenons-nous que la Direction du livre et de la lecture est devenue la Direction des médias et des industries culturelles)

Le monde de l’édition peut s’inquiéter, la démonstration des compétences de Mme Albanel lors des débats liés à la loi Hadopi autour du piratage de la musique oscillant entre l’incohérence et le mépris (décomplexé ?) de l’intelligence  (http://www.journaldugeek.com/2009/04/02/evidemment-tant-de-maitrise-fait-peur/ pour se rafraîchir la mémoire).

Va-t-elle, là encore, envisager la coupure de la connexion Internet aux internautes qui téléchargeraient des livres ? Puisqu’il s’agit de « tirer parti des mesures de protection et de dissuasion qui seront mises en œuvre par Hadopi« , pourquoi pas…

Etrange tout de même de voir Matignon confier à Christine Albanel une mission sur la numérisation des livres alors que le ministère de la culture a confié à Marc Tessier une mission toujours en cours sur… la numérisation du patrimoine, en particulier des livres.

Marc Tessier doit rendre ses conclusions le 15 décembre, tandis que Christine Albanel devra rendre les siennes le 1er avril (hum). Ce qui laisse tout de même 3 mois ½ au ministère de la Culture pour lire le rapport Tessier !

Rapport enterré d’avance ? Car comment le ministère pourrait-il privilégier les conclusions de Marc Tessier à celles de l’ancienne locataire de la rue de Valois ?

Etrange aussi, alors que les ministres de la culture de l’Union européenne souhaitent harmoniser les politiques de numérisation au niveau européen, ce choix de Christine Albanel qui avait envoyé paître le Parlement Européen lors du vote de l’amendement 138… Est-elle vraiment l’interlocutrice qu’il fallait proposer ?

Selon le Figaro, le nom de Christine Albanel « circule déjà pour représenter la France au sein du « Comité des sages » créé vendredi dernier en conseil des ministres de la Culture de l’Union européenne« .

Selon une étude menée par l’Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France (Motif), le piratage des livres est marginal. « Nous l’estimons, à l’été 2009, de 4 000 à 6 000 titres différents, dont 3 000 à 4 500 bandes dessinées. Ce montant représente moins de 1 % des titres disponibles légalement au format papier, (soit 565 000), ce qui est encore très faible« .

Ce faible volume s’explique par la difficulté du processus de piratage des livres : « un travail fastidieux qui consiste à scanner la version papier d’un livre, ce qui représente plusieurs heures pour un résultat de bonne qualité. On est loin de l’immédiateté de la copie numérique d’une musique ou d’un film. » souligne l’étude.

Mais cela pourrait bien changer avec l’arrivée du Kindle d’Amazon et le développement d’offres numériques (cf. les Readers de Sony…).

Les livres les plus piratés se partagent en 3 catégories : essais, romans et livres pratiques.

Près de 95 % des livres piratés ne sont pas disponibles au format numérique. Encore une fois, le véritable problème se situe donc dans l’insuffisance de l’offre numérique d’ouvrages.

Pour info, la réflexion confiée à Christine Albanel pourrait bien n’être qu’un préalable à son accession à la direction de la Bibliothèque nationale de France (BNF), dont elle pourrait prendre la direction au printemps 2010.

Après Jean-Noël Jeanneney et Bruno Racine, elle aurait la lourde tâche d’orchestrer la politique de numérisation de cette institution. On conçoit donc qu’une prise en main préalable du dossier soit nécessaire.

Il faudra notamment enfin décider de l’éventuelle participation de partenaires privés. « Partenaires privés » s’épelant avant tout G.O.O.G.L.E. (un peu comme quand Daniel Darc chante Paris…).

Bruno Racine était favorable à ce partenariat, alors que Jean-Noël Jeanneney y était farouchement opposé.

La divulgation du contrat passé entre la ville de Lyon et Google ne devrait pas arranger les choses.

Pour mémoire, la Bibliothèque municipale de Lyon a passé en 2008 un marché public avec Google pour la numérisation de 500.000 ouvrages.

Après le long refus de la ville de Lyon, le contrat vient d’être rendu public. On apprend ainsi qu’en échange des investissements consentis pour la numérisation des ouvrages, dont certains d’une valeur inestimable, Google devient selon les termes de cet accord « propriétaire, sans limitation dans le temps, des fichiers numérique qu’il a produits ».

Sources

http://www.01net.com/editorial/509344/christine-albanel-va-se-pencher-sur-le-piratage-des-livres/

http://www.numerama.com/magazine/14624_2-christine-albanel-chargee-de-mission-sur-la-numerisation.html#ac_newscomment

http://www.clubic.com/actualite-313800-albanel-charge-numerisation-livres.html

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39711267,00.htm

%d blogueurs aiment cette page :