2001 – 2011 : H.A.K. Fête ses 10 ans, Usuku lokuzalawa H.A.K. !

Le collectif H.A.K., déjà maintes fois cité en ces pages (hum, ça sent le copinage), non content d’être aussi actif qu’alternatif, fête cette année ses 10 ans…

Prolixes et généreux, ces membres proposent deux soirées de concerts, expos, diffusions les vendredi 18 et samedi 19 mars.
La fête est programmée dans les locaux toujours accueillants du Grrrnd Zero Gerland et ses échos seront perceptibles dans le monde entier grâce aux web radios Cannibal Caniche (KKWNE) et Strange Frequencies Channel.

H.A.K. Lo-fi Records invite donc à un événement local de portée mondial… presque un credo pour ces 80 improvisateurs en tous genres.
The place to be si vous voulez mon avis.

H.A.K. a un site et est présent sur le très recommandable Internet Archive. De quoi se faire une idée (forcément parcellaire puisqu’avec ces activistes sonores tout n’existe que dans l’instant).


2001 – 2011 : H.A.K. Fête ses 10 ans, Usuku lokuzalawa H.A.K. !
Vendredi 18 et samedi 19 mars 2011
Grrrnd Gerland
= 40 rue Pré-Gaudry, Lyon 7, M° Jean Jaurès
6 € / soir, 10 € le pass pour les deux soirées.

* ::::::::::::: VENDREDI 18 MARS ::::::::::::: *
SARAH MONN / Noise miX d’ambiance / Mont Pilat
EXTRASYSTOLE + NICOLAS DICK / bandes sons sans images / Orléans / Marseille
KID PAROTT/ Collage Audio-Diffuseur / Aubenas
OBSCURANTINE [Victor Jorge & Anton Mobin] / Une odyssée dans la cage / Paris
Carlos Groenland + Hc = Der Kommissar – DMC / Friture Ciao / Lyon-Torino

* ::::::::::::: SAMEDI 19 MARS ::::::::::::: *
EVARISTE CHAMPION + SYL20 + LUDIVINE CYPHER / Free Style / VilleFranche / Lyon/Sologne
THANATO TWIST with OLEG’S SOUND SYSTEM / Désordre Gastrique et Cosmique / Orléans
KID PAROTT / Collage Audio-Diffusant / Aubenas
AxDELBOR vs DEADBEAT/ Musique Erroriste / Lyon-St Etienne
VITAS GUERULAÏTIS / Dada Psyche Kraut Punk / Brussels
GIGOTON / Bizarre Dance Mix / Paris

+ *Power For The Mutants**
Smart & Beautiful. H.A.K. Radio Programs;
On KKWNE & STRANGE FREQUENCIES CHANNEL (web radios)
DIFFUSION
VERSUS TIME
INTERVIEWS
FICTIONS
JEUX
INÉDIT
SURPRISES

Publicités

« A conversation piece » à la Mlis

Gerald Petit, Shawn Lee,  « A conversation piece »

Exposition du 26 février au 2 avril 2011
Maison du livre, de l’image et du son
Vernissage le vendredi 25 février à 19h en présence des artistes

Pour son exposition à l’artothèque de la Mlis, Gerald Petit a invité le musicien américain Shawn Lee à une « conversation piece« .

Ce terme anglais, qui sert de titre à l’exposition, désignait au XVIIIe siècle une catégorie de tableaux, condensant portrait, paysage et scène de genre ; il évoque aujourd’hui des objets ou des situations inhabituels ou étranges, suscitant le dialogue et l’interrogation.
L’exposition se déroule donc autour de cette rencontre, entre une œuvre visuelle qui interroge tour à tour des imageries musicales et des récits de rencontres, et une œuvre musicale, teintée de funk psychédélique et d’accents mélancoliques au fil d’une carrière riche en productions et en collaborations régulières.

Somewhere a lake (...) / Gerald Petit, 2006

Nightshot #2 / Gerald Petit. - Biennale de la lumière, Lisbonne, 2006. (giclée print on luster paper. variable dimensions)

Gerald Petit et Shawn Lee aiment la même musique, le premier la décortique et réfléchit son iconographie et le second enrichit son spectre depuis plus de quinze ans avec des compositions douces ou amères, comme de coutume dans le funk.


Shawn Lee est un musicien originaire du Kansas. Chanteur, compositeur prolixe et multi instrumentiste, il conduit une carrière indépendante, avec le label californien Ubiquity depuis quelques années, après avoir signé un premier album chez Talkin Loud en 1996, suivi de BBE et Rush Production !, il a écrit et réalisé une vingtaine d’albums et a officié à nombre de collaborations, en parallèle de nombreuses bandes originales de films, voire de jeux vidéo. Il a notamment collaboré avec Jeff Buckley, Money Mark ou encore Clutchy Hopkins. Son répertoire puise dans les archives et les arcanes de la soul music.
www.shawnlee.net

Les chansons de Shawn Lee sont identifiables dès les premières mesures. Mélange de sonorités vintage et de textes mélancoliques, il alterne tubes funk et ballades soul folk qui ont en commun une production mêlant accents contemporains et sonorités anachroniques.

Funny (how I stopped lovin' you) / Gerald Petit. - Caroline Pagès Gallery, Lisbonne, 2007 (#2, C-print, 100 x 120 cm, Edition of 3)

Le travail de Gerald Petit s’articule autour des figures du récit. Mais il l’envisage sous sa forme indiciaire, fragmentée et lacunaire. D’où, une prédilection pour les affiches, posters, ou panneaux arborant des textes courts comme des haïkus (Funny, how I stopped lovin you, 2007). Par ailleurs, les œuvres se construisent volontiers sur le hasard des rencontres et privilégient une approche affective.

Enfin, l’oeuvre de Gerald Petit se cristallise souvent autour de sources musicales, particulièrement à travers l’univers de Prince, personnage insaisissable entretenant sa propre légende…
www.geraldpetit.net

« Sympathy for the devil » à la Mlis

Face A : une proposition GDM, face B : Ludovic Paquelier – du vendredi 29 octobre au vendredi 31 décembre 2010 – Maison du livre, de l’image et du son – exposition

Vernissage de l’exposition le jeudi 28 octobre à 19h, suivi d’une performance sonore à 20h : Portrait de Snake Plissken, par Friture Quartet

 

Ludovic Paquelier - Sympathy for the Devil - Wallpainting - courtesy galerie Sandra Nakicen

 

Le rock et la pop ont bouleversé joyeusement et rageusement la jeunesse des générations nées dans la seconde moitié du siècle passé.
Cette secousse neuronale s’incarne aujourd’hui encore dans un objet aux formes aussi parfaites qu’obscures : un disque noir lancé le plus souvent d’outre-manche ou d’outre-atlantique qui vient traverser notre espace mental et fendre dans son tournoiement les vieilles tables de la loi culturelle qui jusqu’alors distinguaient la culture noble de la culture populaire.
Sans devenir nécessairement fétichistes du vinyle, pléiade d’artistes rendent régulièrement hommage au disque ressuscité par les mélomanes et les DJ’S.
« Sympathy for the devil » a pour ambition de porter témoignage des liens qui unirent et unissent les artistes contemporains (et leur même souci de dépasser le clivage entre low et high culture) au phénomènes pop et rock symbolisés par le disque vinyle.
D’un format inédit, constituée d’une face A et d’une face B en référence aux deux faces du vinyle, l’exposition réunit un ensemble d’œuvres où le disque est au centre de l’expérience artistique.

La Face A est une compilation, proposée par la galerie de multiples (Paris), d’œuvres d’artistes contemporains : Boris Achour, Francis Beaudevin, Davide Bertocchi, EN/OF éditions, Sammy Engramer, Flischi&Weiss, Le Gentil Garçon, Guillaume Janot/Jérôme Porret, Rainier Lericolais, Arnaud Maguet, Christian Marclay, David Monnet, Serge Onnen, Melik Ohanian, Tobias Rehberger, Hans Schabus, Samon Takahashi,…
Transformé, déformé, détourné, dans tous les cas utilisé par les artistes présentés dans l’exposition, le disque vinyle est le guide, le matériau ou le support de la pensée et de la réalisation de l’oeuvre.

Sur la Face B, Ludovic Paquelier propose un projet inédit, qui s’empare du potentiel imaginaire du bâtiment de Mario Botta pour en faire le lieu d’un scénario fantastique autour du disque vinyle, matérialisé par une grande peinture murale dans l’espace de l’artothèque.

Le 28 octobre à 20h, pour le vernissage de l’exposition « Sympathy for the devil », Friture Quartet interprétera : « Portrait de Snake Plissken » (Clavier, Filtres, Orgue, K7, Tables-Tournantes, Vinyles), une création sonore autour de la peinture murale de Ludovic Paquelier. Portrait de Snake Plissken est pensé comme la Bande Originale du mur peint :

C’est l’histoire d’un crate digger qui déniche dans une demeure abandonnée un 45 tours étrange. Ce disque s’avère être un objet maléfique, incarnation du diable, gravé par ses propres mains. La musique qui s’en échappe a pour effet de faire tourner les têtes et les corps… ainsi que les chiens…

(synopsys de la peinture murale, Ludovic Paquelier)

Le vernissage se poursuivra à partir de 22h au Sonic face au 4 quai des Etroits 69005 Lyon pour une soirée DJ set, Sympathy for the vinyl !

%d blogueurs aiment cette page :