Cycle Utopies Urbaines à Rive de Gier

En novembre la Médiathèque Louis Aragon, en partenariat avec le cinéma Le Chaplin, le Mois du Film Documentaire et le Festival Mode d’Emploi, vous invite à un cycle d’évènements sur les Utopies Urbaines.

Mois du Film documentaire à Rive de Gier

  • du mardi 6 novembre au samedi 1er décembre 2012 : Les Castors de Rive de Gier et St Joseph, une exposition photos réalisée par l’ARRH sur ce mouvement d’autoconstruction coopérative né après la Seconde Guerre mondiale en France.
Les Castors à Rive de Gier

Chantier des Castors, 1957-1958 (crédit photo Jérôme Gimenez)

  • Vendredi 9 novembre 2012 à 19 H 30, dans le cadre du mois du Film Documentaire, diffusion du film Firminy, le maire et l’architecte (2007), suivie d’une rencontre-débat avec Olivier Cousin, réalisateur du film et Benoît Pouvreau, historien de l’architecture.
  • Jeudi 22 novembre 2012 à 19 H 30 au Ciné Chaplin, projection en avant-première du film Elefante Blanco, de Pablo Trapero.
  • Vendredi 23 novembre 2012 à 19 H 30, dans le cadre du mois du Film Documentaire, diffusion du film Histoire d’une utopie (2008) d’Hélène Rissert sur Auroville, ville expérimentale universelle bâtie en Inde.
  • Mardi 27 novembre 2012 à 17 H 00 goûter-philo avec Sophie Wahnich historienne et philosophe, animé par Lucie Laplace, chargée de travaux dirigés à la faculté de science politique de l’Université Lyon 2 : Qu’est ce qu’une Utopie ? Une rencontre organisée en partenariat avec la Villa Gillet dans le cadre de la première édition du festival Mode d’Emploi (teaser du festival, Facebook, Twitter)
    Télécharger le programme de Mode d’Emploi

Utopies urbaines à Rive de Gier

 Médiathèque Louis Aragon
10 square Marcel Paul
42800 RIVE DE GIER
04 77 83 07 50
mediatheque@ville-rivedegier.fr

Projection-débat du film « Petrucciani » au Toboggan de Décines le 13 octobre

MICHEL PETRUCCIANI

Film documentaire de Michael Radford

1h42 – Franco/Allemand – 2011

Passionné, génial, entier, amoureux de la vie et des femmes, Michel Petrucciani était tout cela à la fois. Mais il a surtout prouvé que l’homme pouvait surmonter la fatalité. Atteint de la maladie des os de verre, qui limita sa croissance, Petrucciani a toujours refusé de se complaire dans la souffrance, porté par un insatiable appétit de vivre et par le jazz qui l’habitait. Grâce à des témoignages drôles et émouvants et à des images d’archives souvent inédites, Michael Radford évoque le parcours d’un artiste hors du commun qui voulait seulement « marcher sur la plage avec une femme à ses côtés »…

« Un documentaire très riche, fort de dizaines de témoignages, qui compose un véritable portrait du génie, avec ses zones d’ombre et de lumière ». Le Point

« Avec ce film, Michel Petrucciani revit sous nos yeux et ses apparitions nous élèvent là où il savait nous emmener de son vivant. Au cœur de nos émotions les plus intimes ». Marianne

« Les gens ne comprennent pas qu’il n’est pas nécessaire de mesurer 1.80 m pour être humain. Ce qui importe, c’est ce qu’il y a dans sa tête et dans son corps. Et surtout dans son âme. »   Michel Petrucciani.

La projection sera suivie d’une rencontre musicale avec David Bressat, pianiste.

 

David Bressat  pianiste de jazz et compositeur, est présent sur de nombreuses scènes en France et à l’étranger. Son Trio existe depuis maintenant 5 ans et a enregistré son premier album en 2008, album qui a reçu les meilleurs échos de la presse. Un deuxième album va bientôt paraître, celui ci a été enregistré aux côtés de Marcus Strickland saxophoniste new-yorkais de renom qu’ils ont invité pour l’occasion.

Le trio devient alors quartet et propose un programme et une thématique particulière en revisitant un répertoire de pièces françaises – issus de la chanson, de la musique classique…

 

Tarifs :

5.80 €  (PT) / 5.30 € (TR) / 4.80 € avec la carte Est Ecrans

 

Les places peuvent être achetées à l’avance, dans les 7 jours qui précèdent la soirée, aux horaires d’ouverture de la caisse.

NOUVEAU : Vous pouvez désormais acheter vos places de cinéma sur le site internet du Toboggan, au tarif unique et très préférentiel de 5.30 €.

Mathrock : Danny Steve, Robonom & HAK chez Grand-Guignol

Samedi 29 janvier Grand-Guignol, LA librairie lyonnaise underground-mais-pas-que propose sa dernière soirée dans la cave.


Ah la cave de Grand-Guignol !

Sans doute la plus petite salle de concert de la ville, mais certainement la plus pointue et la plus conviviale.
Venir entendre un trio issu de l’ARFI confortablement vautré dans un canapé… se faire pilonner les tympans par 20 minutes de harsh noise comprimée dans un volume à peine plus grand que votre chambre à coucher… écouter/regarder, transporté, l’orchestre de chambre de lampes de chevets de Bruno Capelle… s’ouvrir lentement, assis sur les marches parce que la salle est pleine, aux finesses sonores de Manu Holterbach…
Bref, la liste est longue, des découvertes, des retrouvailles, des errements et des questionnements musicaux.

Mais voilà, après ces années dans les cocons de la rue Sergent Blandan et de la Montée de la Grande Côte, la librairie s’ébrouera en ligne et volera de salons en festivals (festivals Rue du Nord (Lausanne) et Câble (Nantes) en février).
Plus que que deux jours dans ses murs donc, deux jours pour profiter des derniers soldes (pas sûr que vous trouviez ailleurs ce qui est vendu ici) et ce sera… LA FÊTE !!!

Pour célébrer cet événement, Danny Steve descend de Nantes pour mettre le feu !

  • Début en douceur à 19h avec la signature de sa dernière BD, Mathrock, sortie là à l’instant aux Requins Marteaux.
  • A 20h30 (et quelques…), Robonom, venu de Nantes également, ouvrira la soirée avec un live electronica ambiantRobonom.
  • Puis la performance Mathrock : 6 musiciens du collectif HAK (et aussi ici et ) livreront une improvisation sur la projection de la BD, qui servira de partition graphique.
    Les musiciens :
    Analus Boos / Ax Delbor / Carlos Groenland / Darby Mullins / Dead Beat / SarAh MöNn.
    Ils magnifieront tout un tas d’instruments et de machins bizarres dont ils ont le secret. Il y aura sans doute de la guitare, des claviers, des platines, des machines de leur invention et des trucs bendés.
    Et d’la plane !

Et comme on ne sera pas tristes, parce que Grand-Guignol ne disparaît pas mais entame un nouveau cycle, on finira en se lâchant et en se déhanchant (tout en essayant de faire quelques cartons de livres…), grâce à der Kommissar, qui saura trouver les bons disques pour terminer en beauté.


  • Samedi 29 janvier à partir de 19 heures, signature de Danny Steve à l’occasion de la sortie de Mathrock (elle viendra aussi avec de nouvelles sérigraphies, tirées spécialement pour cette soirée).
  • 20h30 : soirée avec Robonom, puis performance Mathrock/HAK.
    5€.

Grand-Guignol bouge encore et nous donne rendez-vous mardi 22 mars pour un solo de Michel Doneda chez Buffet Froid.


Grand-Guignol
91, montée de la Grande Côte
69001 Lyon
04 78 30 50 42
2 blogs : librairie et musique

« Of Time and the City » à la Mlis

Pour son prochain rendez-vous Nous allons vous en faire voir ! la vidéothèque de la Maison du livre de l’image et du son présente Of Time and the City: a love song and a eulogy, long métrage du réalisateur britannique Terence Davies en avant-première du festival Ciné O’Clock, samedi 29 janvier 2011 à 18h.


Vous avez aimé Distant Voices, Still Lives, The Long Day Closes, ou encore The House of Mirth (= Chez les Heureux du Monde)…
Vous aimerez le dernier long métrage du réalisateur Terence Davies qui compose ses films comme des symphonies.

Un film documentaire ? Un essai ? Un pamphlet ? Un poème ? Une confession ? Une rêverie ? Un testament ? Of Time and the City, que Terence Davies signe en 2008, année où la ville de Liverpool est « capitale européenne de la culture », c’est tout cela à la fois…
Philippe Pilard

L’Anglais Terence Davies est un cinéaste plutôt rare. Of Time and the City est son cinquième long métrage en plus de trente ans.
Davies et sa filmographie sont restés profondément liés à la ville de Liverpool qui a vu naître et grandir le réalisateur.
Of Time and the City est une chanson d’amour dédiée à Liverpool, un film-poème qui parcourt la période de l’après-guerre au gré des envies et des souvenirs du cinéaste.


« Cinéaste discret et modeste, Terence Davies, auteur de trois courts métrages autobiographiques réunis en 1984 sous le titre The Terence Davies Trilogy, s’est révélé au grand public avec deux films émouvants et fantasmagoriques : Distant Voices, Still Lives (1988, Prix de la Critique Internationale, Festival de Cannes) et The Long Day Closes (1992, Prix du Meilleur Film, Festival du film de Birmingham 1992), qui évoquaient son enfance à Liverpool.
Les sorties du
dimanche, la découverte du cinéma, les réunions d’une famille écartelée entre la passion pour une mère aimante et la crainte d’un père violent, scandaient ces deux films jumeaux, auprès desquels Of Time and the City (2009, sélection officielle du Festival de Cannes) fait figure de codicille et de révélateur : cette fois, Davies se livre entièrement, sans fausse pudeur, sans le prisme de la fiction et des comédiens qu’il sait pourtant diriger avec tant de délicatesse.
Sa voix off rythme un film qui tient autant du documentaire que de l’essai, comme ont pu le pratiquer Chris Marker ou Agnès Varda. Davies s’adresse au spectateur, et, en glorifiant certains événements liés à l’histoire de Liverpool tout en en dédaignant d’autres, nous renvoie à nos propres souvenirs, à nos propres goûts, à nos joies et à nos peines, à notre façon d’appréhender la vie.
Truffé de citations littéraires employées comme autant de têtes de chapitres,
Of Time and the City est un film-poème qui parcourt la période de l’après-guerre au gré des envies et des souvenirs du cinéaste. (…)
Of Time and the City
est là pour nous rappeler que, si la nature des souvenirs est associative et émotionnelle, le cinéma existe afin que les poètes puissent nous ouvrir grand les portes de leur mémoire.« 
Grégory Valens (AFCAE, 2009)

Of Time and the City / Terence Davies (Cop. Jour2Fête)

La projection aura lieu en présence de Philippe Pilard, spécialiste du cinéma britannique, chargé de cours dans les universités de Vincennes, Jussieu et Nanterre, co-président de la Société des Réalisateurs de Films (81-83),cofondateur et président de l’Agence du Court Métrage.
Philippe Pilard collabore à diverses publications littéraires et cinématographiques, CinémAction, Images documentaires, Positif etc.
Réalisateur de nombreux films, courts métrages, fictions et documentaires, il a dre ssé notamment les portraits de cinéastes tels
Ken Loach (1984/2006), Jules Dassin (1985), Karel Reisz (1986), Roland Joffé (1986), Stephen Frears (1986/2007), James Ivory (1987), David Leland (1987), Richard Attenborough (1987), Terence Davies (1992), Pierre Perrault (1996), Frederick Wiseman (1995/2005), Peter Greenaway (1986/2004), Mike Leigh (2005), Neil Jordan (2006) et John Boorman (2009).
Auteur de nombreux livres consacrés au cinéma, il vient de publier son dernier ouvrage Histoire du cinéma britannique aux éditions Nouveau Monde (2010).

Samedi 29 janvier 2011 à 18h (durée : 1h14)
Maison du Livre de l’Image et du Son
247 cours Emile Zola
69100 Villeurbanne


Une histoire des musiques électroniques à la Mlis

Musiques électroniques : créer, découvrir, écouter

Du samedi 9 au samedi 23 janvier, la Maison du livre, de l’image et du son propose un parcours dans le monde des musiques électroniques.
Profanes, amateurs et initiés découvriront l’histoire, les techniques et les sons inouïs de ces musiques protéiformes.
Des ateliers pour créer, une conférence et un film pour découvrir, un concert pour écouter « live » le travail des musiciens.

Ah, ça rigolait pas à l'époque... Beaucoup d'infos sur ces machines étranges à http://moogarchives.com/

Le Moog Modular 55 (1968)

Atelier de création musicale assistée par ordinateur

Samedis 9, 16 et 23 janvier – 10h – à partir de 15 ans
Pour créer un bout de musique à l’aide des outils informatiques : découverte des différentes techniques d’échantillonnage, de transformation du son, de montage et de mixage…

Trois journées de création et d’échanges à l’issue desquelles les participants repartiront avec le disque compact de leur création.
Sur inscription.

Total RTT sous l'oeil bienveillant d'Erik Satie

Le duo Total RTT (Daniel Brothier et Dj Izwalito)

Total RTT : Une histoire des musiques électroniques

Projection et conférence-concert
vendredi 22 janvier – 18h

Après la projection d’un film sur l’émergence de la techno dans la ville de Détroit, Daniel Brothier et Dj Izwalito présentent une histoire des musiques électroniques.

Kraftwerk, Jeff Mills, Erik Satie… Des précurseurs bruitistes pères de la musique concrète, aux représentants de la “French Touch”, ce va-et-vient historique explore et réinterprète le passé sans jamais rester figé, puzzle sans bordure ni frontière
qui s’étend sans cesse car chaque pièce en apporte de nouvelles.

Une conférence illustrée par un mix de Total RTT, qui explore les courants importants des musiques électroniques.

Projection/rencontre à la Bibliothèque Kateb Yacine

PROJECTION + RENCONTRE

Yakar / L’espoir

Un film de Michel Crozas  (52mn,2009)

Affiche du film Yakar / L'espoir

Vendredi 4 Décembre 18h30 à la Bibliothèque Kateb Yacine

Centre Commercial Grand’Place / Grenoble

Entrée Libre

Au Sénégal, ils sont des milliers candidats à l’exil, à affronter l’océan au risque de leur vie : Barça ou Barsakh, Barcelone ou l’enfer! Pas moins…

Subsister au jour le jour, tel est  le sort de la grande majorité des Sénégalais. Et les répercussions dramatiques de la pauvreté se conjuguent au féminin : la précarité retombe presque toujours sur les épaules des femmes qui s’organisent en réseaux, en associations, fondent des mutuelles de crédit, de santé, créent des activités génératrices de revenus pour nourrir leur famille.

« A quelque chose, malheur est bon ! » Dans ce contexte économique, les femmes bousculent les traditions, modifient en profondeur la société et osent la parole, une des clefs de la démocratie : le film suit au quotidien Penda N’Diaye, militante infatigable, porte-parole de ces milliers de femmes.

Débat en présence de Penda N’Diaye et Michel Crozas (réalisateur)

Partenariat avec le Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde

Service Cinéma
202 Grand’Place

Bibliothèque Kateb Yacine
38100 Grenoble
04.38.12.46.24

Pour toute information complémentaire :

www.bm-grenoble.fr
http://www.loeilnu.com/yakar.html ;

%d blogueurs aiment cette page :